Si vous saviez ...



Vous qui me croisez chaque jour,
Qui ne voyez de mon visage
Qu’un vague et rapide contour,
Vous qu’épargne le brusque orage
Où s’effondre mon horizon,
Si vous saviez quelle est ma peine,
Quel est mon abîme profond,
Quelle tristesse en moi se traîne,
Si vous goûtiez quelle douleur
Se love au creux de mon silence,
Vous ressentiriez mon malheur,
Tant ce précipice est immense.

Vous dont les pas côtoient les miens,
Vous mes voisins, mes connaissances,
Avec qui j’échange des riens,
Des bonjours et des convenances
Entre la pluie et le beau temps,
Si vous saviez ce que je cache
Sous ces mots toujours avenants,
Quelle part de moi l’on m’arrache,
Ce que je tais avec pudeur,
Ce que je ne saurais vous dire,
Vous seriez frappés de stupeur,
Car tout en moi pleure et soupire.

Vous mes amis, vous qui m’aimez,
Vous qui voyez ma déchirure,
Vous mes très chers, vous qui savez,
Vous qui comprenez ma blessure,
À vous seuls j’ai ouvert mon cœur
Et j’ai dévoilé de mon âme
La lancinante pesanteur.
Cependant (Que nul ne me blâme !)
Je ne puis attendre de vous
Que s’efface ma lassitude.
Hélas ! Quand montent ses remous,
Si vous saviez ma solitude !...







Ecrit par Ombrefeuille
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net