Ils étaient douze ...


Ils étaient douze concurrents,
Convoitant le même trophée,
Tous combattifs, tous conquérants,
Les yeux rivés sur l’arrivée.

Les coups bas, les tacles rageurs,
Les invectives assassines
Et les coéquipiers lâcheurs
Aux troubles visées vipérines
Ne cessèrent de consterner
Le stade, la presse et la ville
Mais ne surent pas étonner
Le pays cependant fébrile.

Il fallut en désigner deux
Qui disputeraient la finale,
Chacun accompagné des vœux
D’une victoire magistrale.

Ainsi fit-on, c’était la loi …
C’est alors que, bombant le torse,
Le troisième brailla : « C’est moi
Qui suis l’avenir et la force ! »
Il se mit à brasser du vent
Et même à cracher dans la soupe :
C’est qu’il se rêvait triomphant,
Brandissant à deux mains la coupe.

Ils étaient douze concurrents,
Un seul emporta le trophée,
Mais la zizanie dans les rangs
Par le troisième était semée.






Toute ressemblance avec les élections présidentielles 2022
et avec l’attitude du candidat arrivé troisième
(donc non-qualifié pour le deuxième tour) …
n’aurait rien de fortuit et ne devrait rien au hasard ;)))




Ecrit par Ombrefeuille
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net