Frivolités taurines

Dans la blanche et noire Espagne
les femmes portent le pagne
et affolent les taureaux
dont transpirent les naseaux.

L’un d’eux jouet d’une ivresse
même alla chercher caresse
enjeu d’un désir brutal
qui pouvait être fatal
(Car l’on fait avec leurs couilles
d’excellentes ratatouilles
à l’ail et à l’estragon
paraît-il en Aragon)
auprès de quelque Andalouse
plus curieuse que jalouse
d’imiter Pasiphaé
du côté du sofa et
sentir la voluptueuse
déchirante et monstrueuse
secousse de l’animal.
Plaisir fou qui fait si mal !




Ecrit par Thery
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net