Sur la page parfois...

Sur la page parfois les mots deviennent beaux…
Regardez, écoutez, oubliez la souffrance
Déchirant votre monde en toute indifférence,
Répugne dans son cours la chanson des tombeaux.

J’ai sous récent passé au bord de mes lambeaux
Rencontré une femme imprégnée d’attirance :
Sait-elle comme un vent dans ses airs de fragrance
Sur la rose au matin je reviens en flambeaux ?...

Elle me faisait rire en parcourant mes rimes,
Sa robe de satin à mes pieds était là,
Ses mains se réveillaient sur mon sonnet de grimes

Et l’alcôve croulait sous le poids des lilas…
Je pleure maintenant et mon âme chancelle,
Elle avait sur mes maux un air de violoncelle.




Ecrit par Jean-Mi
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net