Du nord qu'ai-je perdu ?

Du nord qu’ai-je perdu ?
De la douce chandelle insoucieuse étoile
Qu’honorait ta présence, et ne m’as-tu rendu
Des yeux profonds noisette, et lors tissant ta toile

Perlée de quelque goutte, en la changeante humeur
Du climat, la chaleur qui monte en moi tardive
Quand je sens en mon dos quelque frisson de peur,
Est-ce de quelque angoisse ou ardeur sensitive ?

Feindrais-je un émoi ? Dieu que je m’égare !
Incertain, soucieux, mon regard pâlissant
Dans l’étendue déserte il est temps que je narre,
En suis-je capable ? Et ne suis glaçant.

Du nord qu’ai-je perdu ?

Peut-être simplement une douce inconstance
Ou tant de rêveries. Inaccessible et fou
Dans ce jeu de miroir le dire en une stance,
Mais je me souviens dans les jardins d’Ifou

De ta main le contact si léger dans ma paume.
Émerge en cet instant d’entre les frondaisons
Un oiseau échappé, insondable royaume.
Le grand feu d’un amour enflamma ma raison.




Ecrit par Saintes
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net