L'arbre totem


D'une foulée conquérante nous parcourions les sentes,
Sous nos yeux défilait un diaporama champêtre
De fleurs, d'insectes, de vignes, de friches, de futaies.
Dans le bleu céleste, des nuées évanescentes
Nous chapardaient parfois le soleil dans sa course.
Ainsi nous allions, tantôt fredonnant une scie à la mode,
Tantôt développant doctement des thèmes existentiels
Propres à enthousiasmer les esprits de notre âge.
Nous picorions des mûres le long d'une haie
Dont le savant enchevêtrement de diverses essences
Fit naître en nous l'idée de jouer les aventuriers.
Pliés en deux, harcelés par les ronces mais obstinés,
Nous parvînmes à nous redresser bientôt de l'autre côté,
Aveuglés par notre brusque surgissement dans la lumière.
C'est alors que l'arbre fut, là, à contre soleil, tout auréolé de rayons.
Il était comme à l'instant apparu au milieu de la combe,
Lancé tel un trait d'arbalète dans l'espace, si haut!
Orgueilleusement drapé dans sa ramure fastigiée.
Lors, par suite, les circonstances de sa découverte de nous interroger;
Cet arbre ne représentait t'il pas notre pendant végétal?
Au-delà de son apparence si puissante, si formidable,
N'était-il pas lui aussi qu'un roseau penchant au gré des vents?
Malgré ses immenses racines, qu'un colosse aux pieds d'argile
Risquant à tout moment d'être par quelque bouleversement balayé?
Toutefois, hypnotisés par cette présence, nous pensions par devers nous:
"Nous devrions en faire notre poteau, notre totem de cette divinité sylvestre".


J'apprendrai plus tard qu'il s'agissait d'un peuplier, arbre dont la chair sert, entre autres, de pâte à papier...sur lequel je me suis appliqué à coucher ce texte.

Ecrit par Djack
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net