Le mystère des arbres


Le vieil arbre solitaire,
déformé par le vent,
s’étire vers la lumière,
semble se rapprocher
des nuages qui passent.

Plus loin, un chêne tend
deux branches vers le ciel.
Il ressemble à un lourd char de procession
avançant au milieu de pénitents silencieux.

Seul le grand cerisier est en fleurs
et accueille,
tous les oiseaux du printemps.










Ecrit par Ottomar
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net