La Muse Du Mal

Artistement coiffée,
Lourdement étoffée,
Maux et idées hachés,
Sous les soleils, couchée ;
Elle hante nos livres,
Pousse son cri, toute ivre,
Caressant nos désirs,
Buvant notre élixir ;
On s'accorde à l'aimer,
Sur sa tête zoomez !
Vous verrez le néant,
Et ses deux yeux béants ;
Rapprochez-vous encore,
De son placide corps,
Et vous serez soufflé,
D'y voir votre reflet !
Vous vous dîtes bien sûr,
Ce n'est pas moi, c'est sûr,
Ça doit être un poison,
Et vous avez raison.




Ecrit par Sebastien
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net