Au fond de l'ergastule

Loin des ors du palais au lustre adamantin
L’homme se morfondait au fond de l’ergastule…
L’alcool obscurcissant son sens du ridicule
Il poussa tout un jour des cris de lamantin !

Où donc était la fille au galbe serpentin
Qui allait, demi-nue, les jours de canicule,
Faisant bouillir le sang au fond du ventricule,
L’incitant à des jeux n’ayant rien d’enfantin ?

Son regard enjôleur ne fut jamais que ruse,
Et le blanc de ses dents n’était que de céruse…
Son corps tenait dans un corset de ferrailleur !

Il paie de la prison un coup de pertuisane
Qui ad patres jeta son rival orpailleur !
Un délirant amour fait du sage un insane…<br>


7 septembre 2005<br />


Ecrit par Jakolarime
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net