Tournez les yeux pour voir qui m'entraîne

Volgete li occhi a veder chi mi tira,
per ch'i' non posso piú venir con vui,
e onoratel, ché questi è colui
che per le gentil donne altrui martira.
La sua vertute, ch'ancide sanz'ira,
pregatel che mi laghi venir pui,
ed io vi dico, de li modi sui
cotanto intende quanto l'om sospira :

ch'elli m'è giunto fero ne la mente,
e pingevi una donna sí gentile
che tutto moi valore a' piè le corre ;
e fammi udire una voce sottile
che dice : « Dunque vuo' tu per neente
a li occhi tuoi sí bella donna tòrre ? »


Tournez les yeux pour voir qui m'entraîne
si fort qu'avec vous je ne puis plus venir,
et honorez-le, car il est celui
qui par les gentes dames amène au martyre.
Sa puissance, qui tue sans violence,
priez-le qu'elle me laisse plus tard venir,
et je vous dis qu'à voir ses manières
se comprend combien on soupire :

car il est entré violemment dans mon âme
et y peint une si noble dame
que toute ma vaillance court à ses pieds ;
et il me fait entendre une fine voix
qui dit : « Veux-tu donc, sans raison,
priver tes yeux d'une si belle dame ? »


Rimes du temps de la Vita nuova - Editeur : GF
Traductrice : Jacqueline Risset


Ecrit par Dante ALIGHIERI
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net