Byblos

A l'ouest du village, à la limite touchant le bassin maritime, une arche de pierre dressée évoque l'Ancien Temps: ces jours où le ciel fredonnaient encore leurs doux chants bleus.


A présent, dans les puits cendrés, l'heure passe et les pêches sont vaines. Sur la mer, les barques blanches s'éloignent, bientôt vides.
Dans les lisières abandonnées, les grands Dieux de pierre ne sont plus célébrés.
Longtemps on a cherché à écrire un peu du temps, un court espace. De cet espace, seuls des fragments de murs dessinent encore de longs couloirs qui se prolongent vers la plage.
Dans ces lignes mortes, j'ai croisé tes jambes légères et tes lèvres mouillées. Tes pas ont dessiné sur le sable une piste entre les bouquets flottants des lauriers.




Ecrit par Joelkerdraon
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net