Photosynthèse

Hier...

J'étais encore mon propre labyrinthe

Au cahier de brouillon

En traces fugitives

Qui restent en souvenirs

Seuls, suspendus de sens

*

Mais... Il est temps que je vous parle d'amour

Puisque je descends lentement en écoutant la vie

Vers l'or du soir

*

Mon œil a soif d'étoiles

Et il me reste à écrire

Seule avec ses mains...

A tracer cette ligne sur l'horizon

Où la rivière fredonne au loin

Nos frissons à venir



Alors je vais... Par les chemins aux herbes de crin

M'injecter les yeux de ciel,

Dans le fragile mirage qui nous précède

A la recherche d'un geste

Aux impudeurs sucrées.



Perfusée de soleil qui m'appelle

Je m'exile, vole et m'inocule

La danse spiralée

De son regard bleu-lin

Sans craindre une morsure.



C'était mon tour

Deux ou trois pas à peine

Hors le monde...

Où le vide et l'absence sont présence

Que l'on peut entendre,

Cette ligne d'écume

Ourlée de transparence

Au goût secret de sel

D'entre nos veines



En nous, ombre et lumière se mêlent

En harmonie subtile

Comme un froissement d'air ;

Et dans sa voile au vent du soir

Tremblent mes rêves.



Comme la mer, j'étais...

Toujours prête à me briser



Mais ce soir...

Il reste un peu de sable

Dans mes chaussures

Avec notre brûlure d'exister

*




Ecrit par Mahea
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net