La bougie


N'être ni un caillou et ni même un chien
Jouir du mouvement ne m'apporte rien
Le chien aussi d'une âme se trouve pourvu
Lui qui s'anime après ce que je n'ai pas vu

Par quel attribut serais-je sûr d'être un autre
Il faut bien qu'une main gratte cette allumette
Pour que dans cette grotte où mon ennui se vautre
Un peu de feu éclaire le nez de la bête

La lumière accrochée au plafond silencieux
Demeure innaccesible et lorsque la nuit vient
Il reste un peu de braise pour devenir vieux

Cependant mon orgeuil toujours debout se tient
Tandis que sur ce sol où ma plainte vagit
Laborieux j'agrandis mon infime bougie.




Ecrit par JIM
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net