Spectre limité

Sous les yeux de chacun la lumière dessine
Surgissant du néant les formes qui nous lient
A parcourir nos champs nos cervelles affinent
Ces objets familiers qui du tas se délient

De nos nerfs nous tirons du savoir la saveur
Ainsi tel qui grandit dans sa plaine connaît
De la vache et le son et l'image et l'odeur
A l'avoir fréquentée dès le jour qu'il est né

Mais s'il n'a jamais eu la faveur de courir
Les chemins de montagne il ne sait le chamois
Le bouquetin qui des à-pics aiment à rire

Aveugle devenu si un ami le mène
Lui contant de ceux-ci la beauté les exploits
Auprès des rochers où ces cornus se démènent

Qu'en dira-t-il malgré son effort à sa tache
Et bien que concentrant ses idées ses émois
Il les reconnaîtra comme sorte de vache.




Ecrit par Jim
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net