La nuit

nuit belle
ombre si douce
lentement descendue
apaisante fraîcheur où mon être relâche
oh garder les yeux clos
et glisser sans secousse
sur ton calme silence et ta paix embaumée

nuit paisible et sereine
ombre à mon coeur si douce
ma peine en longue plainte
lentement exhalée
s’éloigne enfin de moi comme souffle et murmure
la brise qui frémit au coeur des peupliers
comme coule un ruisseau entre ses draps de mousse
comme gémit le vent dans les creux des rochers

nuit si fraîche à mon front
ô douceur embaumée
le ciel va se clouter
et sous la lune rousse
surgira le chariot venu pour m’emporter




Ecrit par Tanit
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net