La chance de César


César vers lui marchant inexorablement,
Pompée et ses légions avaient fui l’Italie
Avec leur flotte, et sur la côte d’Illyrie
Ils avaient établi un puissant campement.

Or, César qui voulait connaître exactement
Où, combien, et comment, redoutant l’incurie
De ses espions, sachant que son infanterie
Mettrait du temps, s’est embarqué secrètement

Pour traverser par mer et s’informer lui-même.
Les flots étaient houleux comme ils sont en janvier.
Le pilote est inquiet : poursuivre ou non ? …Dilemme

Que César tranche en révélant au marinier :
« Ne crains rien, mon ami, des fureurs de Neptune
Car tu portes César et sa Bonne Fortune ! »





Ecrit par Lasource
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net