Ce sont tes yeux qui me l'ont dit...

Les rubans rougeoyant ornant l’empyrée céleste se sont évaporés. Amoncellement de nuages anthracite. Éclairs et grondement sourd électrisant les âmes solitaires.

Entendez-vous la clameur du monde ? C’est le chant. Le chant larmoyant des nuages.
Le tempo. Le tempo lent du voyage.
Le tango de la Terre et du Ciel.

Il en est ainsi depuis que l’Univers est Univers et qu’il tourne telle une horloge, réglé comme du papier à musique.

C’est un rideau métallique qui s’écoule du ciel. S’écoule et se déverse en volutes brumeuses et délétères, sur l’asphalte, sous nos pieds.

Il pleut de furtives cascades.
Il pleure des myriades de perles humides ornant les brins d’herbe et feuillages. Une parure diamantine étincelante, ou peut-être, des broderies. Qui sait ?

Et moi, je ris. Je danse, la peau ruisselante. Va-nu-pieds au long jupon coloré qui virevolte telle une fée.

Bientôt, je fêterai le Samain pour devenir ensorceleuse.

Mon escarboucle bat à l’unisson avec le cœur du monde ; et deux orbes d’obsidiennes ardentes me fixent, me dévêtent de tout atour, de toute parure.

Tu me désires. Un peu fauve. Un brin bestial.

Ce sont tes yeux qui me l’ont dit…




Ecrit par Rainbow
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net