La dame du manège


A quoi peut-elle penser, la dame du manège,
Installé sur la place à l’aube du mois d’août ?
A quoi peut-elle rêver, perdue dans les arpèges
Des flonflons mécaniques aux odeurs de cachou ?

" Cet hiver il faudra repeindre l’éléphant,
Réparer le klaxon du camion de pompiers…
Ils ont drôl’ment grandi tous ces petits enfants,
J’n’ai pas vu l’temps passer depuis l’été dernier ! "

Pense-t-elle à tout ça, la dame du manège,
Récoltant les jetons, passeports pour la joie ?
Cède-t-elle parfois à l'envie sacrilège
De faire un tour gratuit sur le zèbre de bois ?

Le pompon rouge et bleu tremble sur sa ficelle,
Frôlant les mains menues qui se tendent en vain ;
Au tour suivant, peut-être… Ils crient et s'interpellent,
Les gamins enivrés de cet espoir divin.

Sans doute ignore-t-elle, la dame du manège,
Que de nos existences elle rythme les saisons ;
On mesure le temps au fané du gris-beige
D'un cheval galopant en nos nuits-déraison.

Carrousel dérisoire tournant sans défaillance,
Il grise pour de faux les soirs d'été magiques,
Quand, soûlés pour de vrai d'éclatante musique,
On prendrait un billet pour un regain d'enfance.






Ecrit par Sucre et sel
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net