Si tu partais un jour

Si tu partais un jour pour un autre univers
Me laissant harassé de mille souvenirs
Je pleurerais un jour mais là n’est pas le pire
L’amour n’est pas l’écho d’une vie à l’envers
Il est dans l’avenir comme dans le passé

Si tu partais si loin qu’au-delà de l’espace
On ne voie plus de toi que l’ombre d’un sourire
Une photo jaunie l’image du désir
Un mot un rire un geste ou même une grimace
Mais qui revient toujours solitaire et glacé

Je n’avais rien appris qu’une morale éteinte
Et de toi m’est venu un monde scintillant
Une terre promise un carrosse brillant
Je ne connaissais rien avant ta douce étreinte
Je serais mort de peur si ce n’est d’amitié

Tu m’as appris l’amour ne m’abandonne pas
Je ne suis pas de ceux qui marchent droit devant
Comme une ombelle blanche emportée par le vent
Je n’ai de port d’escale qu’au rythme de ta voix
Ton large est l’océan du monde tout entier

Dis si tu pars si loin que j’en oublie ton nom
Qu’il ne reste de toi qu’une pierre morose
Je serai chaque jour je verrai chaque chose
Comme si tu vivais au creux de la maison
Tu seras l’univers autour de ton féal

Si tu partais un jour j’y survivrais si peu
Je n’aurais pas le temps d’imaginer ta mort
Je partirais si vite je serais sans remords
Comme dans un éclair je rejoindrais le feu
Et dans l’immensité verrais mon idéal




Ecrit par Georges roland
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net