Tu es parti pour quelques jours

La nuit, juste au pas de ma porte
Attise encore ma solitude,
Je veux que le diable l'emporte,
Je pense à toi, par habitude ;
Tu es parti pour quelques jours,
Tu ne pouvais faire autrement,
En attendant, mon tendre amour,
Je pense à toi et je t'attend !

Je pense à toi, souvent, souvent !

Il est bien tard, la rue s'éteind,
La lune rousse cligne des yeux
Tu es parti, tu es si loin,
Mon coeur en berne est malheureux.
Je confie ma peine aux étoiles,
Indifférentes, elles scintillent ;
Les heures s'égrènent tristes et banales
Et moi je traîne mes guenilles.

Mes guenilles de solitude !

J'entend ta voix, sur mon portable,
Tu dis que tu ne m'oublies pas,
Tu dis bien sûr, des mots aimables
Mais moi, ce que je veux...C'est toi !
La nuit étend tout son mystère
Ses voiles bleus et falbalas...
Moi j'en veux à la terre entière :
Tu es parti si loin de moi !

Je pense à toi, je pense à toi !

Je sais bien que tu reviendras,
Je sais, c'est pour un court séjour,
Mais déjà, je m'ennuie de toi...
Voici enfin le petit jour.
Ce jour me rapproche de toi,
Il n'en n'est plus pour bien longtemps,
Ca ne fait rien, mon prince, mon roi,
Inlassablement je t'attend.

Je pense à toi et je t'attend !






Sans humour, la vie est ennuyeuse,<br />
Sans amour, la vie est sans espoir,<br />
Sans toi...La vie est impossible.<br />
( les beaux proverbes )


Ecrit par Mijo
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net