Rouille

Une sage aux doigts d'ébène
M'avait parlé jadis
D'un oasis inversé
Où l'on a entassé des carcasses
D'antiques robots
Pour y gésir
Couvertes de mousse, de lichen
Leurs entrailles câblées
Un palais pour insectes
Leurs rêves métallophores
L’urne des espoirs
De leurs créateurs fous et pourpres




Ecrit par Poulpe Jaune
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net