Villanelle triste

En vagues, les pavés roulent
et j'y cherche mon chemin
dans la cohue de la foule

Mes souvenirs qui déboulent
Rongent du miroir le tain
Les pavés en vagues roulent

Et sur eux la vie riboule
Nous voilà ! crève-la-faim !
Eperdus parmi la foule

De tout ce qu'on débagoule
Il ne restera plus rien
En vagues les pavés roulent

Les certitudes s’éboulent
Ai-je donc raté le train
bousculé parmi la foule

Lentement je me vermoule
Mais je vais où va demain
Eperdu parmi la foule
En vagues, les pavés roulent




Ecrit par Tanit
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net