Le Flambeau De Chair

Du haut du *Bouclier, solitaire ou peuplé
D'insondables rayons, il veille à l'équilibre
Intérieur d'un homme où le Songe — félibre
Malheureux — peut jouir enfin de tout son blé.

Il s'ancre cependant à l'être désolé,
Parfois en désespoir de cause où chaque fibre
Du poète est rompue; il n'est ainsi plus libre
Avec l'émotion de s'être contrôlé.

À force de l'aider, inscrit dans sa poitrine,
Le fabuleux flambeau, matière à l'origine
Inépuisable, dort; sa rousseur s'affaiblit

Car étant incapable, au sortir de matines,
De subvenir aux soins, pénétré dans son lit,
Son œil devient de chair emportant ses bruines.


18 janvier 2012

* Bouclier canadien




Ecrit par Poesie101
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net