Songe d’une nuit d’été


Dans un songe serein,
J’ai rêvé de musique,
De romance lyrique
Près d’un château du Rhin.

J’étais un musicien
Génial et raffiné
Au teint pâle au long nez
Tel Cyrano l’ancien.

On me disait prodige
Et mes chants de louanges
Faisaient danser les anges
En gavotte et en gigue.

Romance sans paroles
Pour belle Mélusine,
J’en fis mon héroïne
En notes et bémols.

Moi, Félix Mendelssohn,
J’irai jusqu’aux Hébrides
Pour voir ses yeux limpides
Comme une eau qui chantonne.



Ce poème est dans un recueil; pour voir les détails, aller sur ce lien :
www.edilivre.com/catalog/product/view/id/861497/s/romances-sans-notes-27b41710c1/category/1566/#.WcLlsIWcHIU


Tous droits réservés © Claude Lachapelle / 2017







Ecrit par Claudel
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net