Comme un sonnet

Des époques en exode sur des chemins lointains
Les rêves aux antipodes de c'qui f'rait un destin
Sur les rives du sommeil où pousse l'herbe folle
Je danse pour le soleil de grandes farandoles

Sur une plage où foisonnent jeunes filles et mandolines
Le narcisse déraisonne en sa folie concubine
La lune dans le ciel borgne confie ses rires au vent
La rage de cette ivrogne hante le firmament

Sur le chant des guitares s'envole du souvenir
Dans la douceur du soir comme au bord d'un soupir
Un visage transparent flammèche de mémoire

Fait battre encore mon sang d'un inéfable espoir
Quelque chose qui viendrait bousculer l'avenir
Et enfin délivrer l'espace des sourires




Ecrit par Gilzed
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net