Nos visages offraient des couleurs franches.

J’avais cru perdre mes dents,
Mais juste en te souriant
Tu m’as aidé à les retrouver,
Car tu m’avais aimé.

A côté de cet arbre et de cet étang,
Je me suis d’un coup retourné;
C'était bien toi, là, me photographiant...
C’est pour ça que j’ai rigolé.

J’étais tout de noir vêtu
Sur une colline, comme une statue
Où il avait aussi une pagode blanche.
Et toi tu me regardais entre les branches.

Et puis le soir venu,
Comme les feux sur l’avenue,
Les larmes s’enclenchent.
Et nos visages offraient des couleurs franches.




Ecrit par Emile Andre
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net