Les Funérailles

Ue vieux fiacre attardé, par sa démarche impure,
Au bout du cimetière accompagne le mort.
Des amis de naguère, une famille, un corps,
Vont en convoi formé jusqu'à la sépulture.

Dans l'ennui printanier du matin déchirure,
En plombant l'atmosphère alourdie du décor,
La veuve qui naguère adulait son senior,
Pleure sur son entier devenu sa fracture.

Camarde, spectre vil, méprisable odieux,
Pourquoi couper le fil du lien si précieux
Qui soudait mon Pierre à mon existence ?

J'ai maintenant la main sur le bord du tombeau,
Mais je resterai fière à garder ma souffrance,
En attendant demain, mon retour au caveau.




Ecrit par Sandipoete
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net