Les grands froids de l'âme

J 'avais commandé, un voyage aux «  Marquises'
Aux femmes safranées, au corps mouvant de dunes
Et loin de ces délices, je voguais, tout près de la banquise
Sur un énorme pain de glace, dérivant sous la lune .

Connaissant la lourdeur, le poids de ma narcose
Je pestais de n'être pas, entouré de merveilles
Mon rêve cauchemar n'exhalait pas la rose,
J'appréhendais par avance, l'instant de mon réveil.

Une aurore, pastel délavé, éclaira l'horizon
Sur un îlot glacé, pleurait, une grande ourse
Et ses larmes de glace tombaient sur son ourson
Inerte et incapable de poursuivre sa course.

Le soleil dansait sur les murs de ma chambre
Ma tête était remplie du désespoir de l'oursonne,
Réquisitoire sans appel, lancé à notre ensemble
Responsables, tout le monde et innocents, personne.





Ecrit par Rerji
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net