Ode à la Terre

Belle demoiselle joliment ronde,
Cœur pur mais en surface immonde ;
Tu es la femme à tout le monde,
Chaque Homme t'a voulu une seconde.

Auparavant pleine de promesses,
Maintenant emplie de tristesse ;
Par la faute de quelques-uns,
Qui n’ont su ouvrir leurs mains.

Au milieu des étoiles tu étais belle,
Ici-bas n'es plus que poubelle ;
Ils te prennent, se servent et te jettent,
Tu veux te battre mais restes muette.

Trop nombreux ils t’ont fait perdre tes moyens,
Ceux-là même se disant humain ;
J'ai de la peine pour toi, de la colère,
Amie de tous, sœur et mère.

Je te respecte de ma place,
Insignifiante face aux cœurs de glace ;
J'aimerai te parler et t'aider,
Te prouver que l'on peut encore aimer.

Mais bannît au rang de prostituée,
La petite fille s'est finalement résigné ;
Rebelle toi, fait comprendre à ses Hommes,
Bientôt ils te perdront, pour ne penser qu’à leur pomme.

Sans toi ils ne sont rien mais l'ignorent encore,
Pour ces raisons maltraite ton corps ;
Ils profitent sans cesse, te piétine et t'agresse,
Que seraient-ils, si tu les délaisse?

Comment leur faire comprendre qu'en te faisant la guerre,
Leur tombe, c'est eux-mêmes qu’ils la déterrent ;
Après des années de profit,
Ne leur resteras que remords et oubli.

S'ils ont lancé leur train depuis longtemps,
J'en suis descendu un instant ;
Les ai vus partir à grande vitesse,
Sans s'arrêter, courir vers leur perte.

J'ai pris le temps de faire une pause,
Alors me sont venues ces proses ;
Dénonçant la haine des Hommes,
Leur mépris des belles choses.

Tuant à petit feu leur propre terre,
Cet homicide, j'en fais partie malgré ces vers ;
Alors je te demande pardon demoiselle un peu ronde,
Jolie Planète, magnifique Terre, notre beau Monde.




Ecrit par Luluberlue
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net