L'herbe, le sol et l'eau fraiche du ciel

Je ne sais pas si le monde va mieux
Ou s’il empire chaque jours
Du moins, je sais que la terre tourne et dans quel sens souffle le vent
Je sais approximativement estimer le mouvement de l’ombre selon la position du soleil dans le ciel
Je sais aussi que les oiseaux commencent à chanter quand j’écoute de la musique sur mon balcon
Je sais naturellement ressentir dans chaque alvéole de mes poumons chacune des particules d’air qui se pose délicatement tout en nettoyant le goudron que j’ai fumé
Je sais lire dans la mousse des arbres des tableaux de maîtres inconnus fuyant la notoriété
Je ne sais pas si le monde va mieux
Ou s’il empire chaque jours
mais en tous cas, je sais tout cela
Je sais aussi que l’arbre qui tombe dans la foret silencieuse a fait du bruit et que ce fut un événement considérablement important
Je sais que l’ondulation sur le lac est un message codé
Je peux vous assurer que la fourmis a beaucoup plus de problèmes que vous tous
Je sais que dans la nature humaine il n’y a plus rien de naturel, à part ces « particules élémentaires »
Je ne sais pas si le monde va mieux
Ou s’il empire chaque jours
Mais je veux que l’on m’affirme cela :
«L’herbe est une ressource pure.
Le sol est un ciel d’eau fraiche. »




Ecrit par Emile Andre
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net