Un ami poète

Ah, une brise douce et sensuelle
Amignonne mon visage attristé;
Le chant feutré d’une jeune hirondelle
Me confine dans un rêve agité.

Je me souviens de cet ami fidèle
Dont l’âme rêveuse battait de l’aile.

Un trouble noir est venu le spolier;
Lui, prophète des mots, l’humble héritier;
Dans mon rêve, je le vois tel un roi
Songeur devant sa couronne d’effroi.

Tantôt ravi, rieur, tantôt morose;
Ses rires se sont changés en névrose.

La folie est venue, noire et tachée;
Une bouteille qu’on jette à la mer,
Mais qui revient tôt sur l’estran amer;
Lui, poète à la rime effarouchée.

Je me souviens de ce troubadour rose
Que j’aimais aussi bien en vers qu’en prose.

Ah, une brise douce et sensuelle
Amignonne mon visage et mon front;
Le chant feutré d’une jeune hirondelle
M’enveloppe dans un sommeil profond.



* Dédié à un ami d’enfance.


Tous droits réservés © Claude Lachapelle / juin 2017

Ecrit par Claudel
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net