Morsure


Mords moi le cœur à pleine dents
Réveille le dans la douleur
À la pulsion des sentiments
Au croquant d’un regard brûlant

Essore mon âme des peurs
Qui laissent ma gorge nouée
Sur les mots te servant de leurre
Aux piquants d’instants censurés

Découds le fil noir de mes lèvres
Et arrache le cri du sel
Des larmes au feu de la fièvre
En gémissements immortels

Tatoue moi dans le vif l’espoir
Transperçant le froid de l’armure
Dans l’encre tribale en mémoire
Marquant la chair de ses sutures

Hématome moi à la vie
Cognant contre les murs du temps
Sur des meurtrières d’oubli
Où larmoient des lunes de sang

Séisme mes verbes d’ennui
Sur la fracture de nos draps
Aux éboulements alanguis
Des sortilèges d’un sabbat

Mords et mords encore en plein coeur
Au rubis du sang incarnat
Bats moi dans des plis de douceurs
Jusqu’au réveil de mon trépas…


<br />
©Mél


Ecrit par Melenea
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net