Face à la mer. (Anaphore)


Face à la mer.

Les vagues s'emparent des reflets,
Reflets irisés des nuages déchirés,
Déchirés par le vent de l'âme fanée,
Fanée par les yeux de la nuit grisée;

Le sable repose et attend l'écume,
Écume de mot jetés par la plume,
Plume d'ange esseulé par l'amour,
L'amour qu'il porte à la mer toujours;

Ressacs dans l'air répondent en échos,
Échos des sirènes souffrantes de maux,
Maux du cœur qui font les mer salées,
Salées telles, les larmes des déesses égarées;

Belle des mers cherche les étoiles,
Étoiles qui guident les belles voiles,
Voiles du bateau de l'amour si beau,
Beau est l'océan quand brille ce mot;

Ange fini à faire le miracle de ses ailes,
Ailes belles en des goélettes merveilles,
Merveille de lune la pousse à l'île en douceur,
Douceur du sable flatte alors le cœur;

Sirène suit l'ange pour enfin aimer,
Aimer cet être qui était naufragé,
Naufragé de l'amour, enfin, revit,
Revit la nuit sous la lune qui luit;

Amour, tu es cette sirène de mer,
Mer de mon cœur tellement fière,
Fière de t'avoir près de moi ma douce,
Douce rose de vie alors en mer pousse;

Daniel beau le poète rêveur.




Ecrit par Poete reveur
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net