Au Mépris De L'Amour

La nuit s'alanguissait à noircir notre voûte
Tandis qu'au loin devant tout près de l'orizon
Le soleil se plaisait à réchauffer sans doute
Le cœur épris criant dans ma direction

Au doux chant de la voix j'ai bien tendu l'oreille
Afin de mieux cerner de qui venait l'appel
Et se porta mon choix sur celle qui la veille
Promettait de m'aimer d'un amour éternel

Éole qui devait m'apporter son bonheur
Ne transportait en lui que désolation
La frivole criait pour mon plus grand malheur
Qu'elle avait préféré mépriser l'union




Ecrit par Sandipoete
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net