Jonathan ment



Et malgré ce, ils sont présents toujours et toujours,
Ils sont cristallisés en lui, pareils à des vautours
Au diapason des soupçons!
Son cœur est vide, son cœur est éreinté,
Il aimerait y croire, il est diabolisé
L'amère larme est un mensonge abscons
Irisé de faux et de semblant;
Mieux vaut se taire, être dans l'ombre,
Que de mentir, même très mal, comme un enfant,
Face à une vérité cruelle, en cette pénombre
Avec, en son âme attristée, un vide
Qui l'entraine amèrement dans les larves astrales....







Ecrit par Colline
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net