La rose de son visage

Cessez, de casser, c’est assez…



Dans mon mirage, une orchidée

Est passée pour être remplacée

Par une rose qui s’est déplacée

Pour s’installer dans ma pensée.



Frimousse de ma dulcinée…



Une rose à droite, une rose à gauche.

Angélique beauté, peau sublime

Qui me fait sortir de l’abime.

Main de Maitre, une vraie gouache.



Laissez moi la décrire un temps…



Peinture à l’eau comme l’aquarelle,

Vernie de rosée du matin.

Pétale fin d’âme du cristallin.

Merveille du monde, tel un éveil.



Une âme pure, vital transcendant…



Lumière d’une étoile en éclat,

Joie dégagée des deux prunelles

Où se tairait même le soleil…

Oublier les autres en amas.



Seule dans mon cœur, elle est celée…



En forme d’amour comme un dessin…



Une cavité rouge et profonde,

Gouffre de plaisir sensuel,

Bonheur tel un vieux rituel.

Jalouse en serait la Joconde.



Le bruit de l’eau est une merveille…



Une chevelure comme une cascade,

De la Sirène des iles des mers.

Mon cœur, tout le temps, a souffert

De ce cri immense en parade.



Toute une vie, j’en perds le sommeil…



Plus de réconfort de mon âme,

Ce visage angélique me suit,

Cette beauté du passé me nuit,

Comment étouffer cette flamme ?



J’en mourrais, si c’est mon destin…



Dans son parfum je m’évapore

Au ciel azur je me serpente

Défilement d’une longue attente

Pour atteindre cette mystérieuse mort.



Rose, dis-moi, quelle est ta couleur ?…

<font size=2></font>

Ecrit par Redouane
Tous droits réservés ©