Ma ville chante

Le mois d’août est aux terrasses

Deux amants sourient et s’enlacent

Oublient la foule.

A coté du marchant de glace

Picorent les pigeons sur la place

Aussi roucoulent.



C’est l’été et chante ma ville



Ecrit par Anita
Tous droits réservés ©