Mon choix

C’était à la nuit tombée

Echappée de mon refuge

J’avais retrouvé la route

Qui m’emportait

Il y a quelques jours à peine

Vers Rien sans attaches

Comme je l’avais prévu, désiré

Des mois auparavant.



J’aurais pu hier soir

Filer encore loin dans le noir.



Sur un mur de pierres sèches je déposai

Là : mon insouciance, ma Liberté

Ici : mon Amour, tes emmerdes, mon Avenir

Et je rentrai à la maison auprès de Toi

Il fallait que tu le saches

Tout plutôt que ma vie sans toi

Que personne jamais ne me demande pourquoi

Je ne saurais pas y répondre



<i>Vareilles – 15 juillet 2011 - Midi</i>

Ecrit par Ann
Tous droits réservés ©