Bonifacio




Dévorées par la mer

Assaillies par les hommes

Tourmentées par le vent

En multiples assauts

Ses falaises de craie

Etraves de bateaux

Cinglent au long des jours

Vers le sud de la Corse

Aux cris désespérés

Des mouettes du temps !



La mer s’en va berçant

Le voilier passager

Aux lueurs du couchant

L’heure est à la douceur :

On la voit si paisible !

Mais ses flots enragés

Ont brisé sur l’îlot

Les crânes des marins

Rejetés par les flots

En ce funeste jour

Où, sans trouver d’abri,

La belle Sémillante

Aux Lavezzi périt !



Aux cris désespérés

Des mouettes du temps,

Près de Bonifacio

La blanche citadelle,

Un vertige nous prend,

Quand s’élèvent soudain,

Apportées par le vent,

Les plaintes des mourants

Au cœur de la tempête…





Naufrage du navire "La Sémillante" le 15 février 1855

Ecrit par Marcek
Tous droits réservés ©