La réflexion est un réflexe de succion de notre âme

Dans nos ressources où se cache la solitude

Il y a des vérités qui déjouent les mensonges

Tel le doute s'éprenant parfois de certitude

Il y a une porte secrète dans chacun de nos songes

Nous permettant de fuir nos vieilles habitudes

Celles-là même qui de notre esprit nous ronge



Un a un, nos ongles se rongent

Palliant le manque dans la solitude

Déjouant manies et piètres habitudes

Devant la déception du mensonge

Des pensées de colères auxquelles on songe

Deviennent un jour les remords de certitude



L'amour n'est pas l'égal de la certitude

Pour un seul doute qui nous ronge

On s'invente un millier de songes

Face à la peur que crée la solitude

L'homme est capable de bien des mensonges

Pour entretenir sa sereine habitude



Las de tant d'inutiles habitudes

L'on se prend à rêver de certitude

À l'écart de tout possible mensonge

C'est notre pessimisme qui nous ronge

Nous laissant même démunis de solitude

Celle qui nous permet le voyage des songes



Délicieux qu'est le plaisir auquel on songe

D'avoir pour exception la vie de d'habitude

Où la foultitude jaillit par delà toute solitude

Et qu'au matin des grandes certitudes

Ne restent pas un tracas qui se ronge

Car la vérité s'est imposait au mensonge



Vil défaut qu'est le mensonge

Quand de sa personne l'on songe

Que la trahison désormais nous ronge

D'avoir choisi de mentir par habitude

La sincérité se blesse de trop de certitude

Nous laissant l'exil pour seul solitude



Dans l'antre de la solitude où s'immisce le mensonge

Il n'y a guère de certitude capable de guérir le songe

Car les mauvaises habitudes sont les regrets qui nous ronge



Ecrit par Piloukan
Tous droits réservés ©