Rêverie devant la vieille ferme abandonnée

Elle se repose ici,

La vieille ferme du Causse,

Usée par trop de pluie

Et que le temps cabosse.



J'imagine en voyant

Sa cheminée défaite,

Que des Noëls charmants

La remplissaient de fête.



J'imagine qu'en ces jours,

Elle vibrait, c'est certain,

De labeur et d'amour,

Et de rires enfantins.



J'imagine la fermière,

Dans le soir s'en venant,

Egayer de lumière

Ces grands murs frémissants.



Ecrit par Mijo
Tous droits réservés ©