Les loups

tu souhaitais partir

loin de la foule mauve

où s'accrochait le soir

un nuage effrangé

tu as rejoint la meute

au museau noir de lune

qui t'a longtemps flairée

avant de s'allonger



pour eux tu as dansé

à en perdre le souffle

flamme étirée au vent

rabattue déployée

les loups faisaient le cercle



couvée par leurs yeux jaunes

tu as jailli soudain

délivrée de ton corps

et tu t'es enroulée

dans le brouillard naissant



leurs regards t'ont suivie

d'un hurlement muet

jusqu’à la lune blême



puis se sont refermés



Ecrit par Tanit
Tous droits réservés ©