La mer

comme une chatte

elle caresse la grève

de son museau

elle fait le gros dos

et se frotte sur le sable chaud

elle se rue en hurlant

elle recule

à l'affût

et

toutes griffes dehors

ses yeux allument l'infini



elle se blottit maintenant

près de la chaleur

et ronronne doucement

les yeux mi-clos

toute chaude

d'avoir happé le soleil



(poème d(enfance)



Ecrit par Tanit
Tous droits réservés ©