Je te voie toujours floue...

Je te voie toujours floue,

Pourtant je sent ta présence,

Toujours, près de nous...

Sur ce maudit banc de notre enfance.



Le menton, éternellement dans ta main,

La jambe qui balance,

Sur les genoux, ce maudit bouquin...

Et nos larmes d'impuissance!





Héroïne d'un livre de fiction,

Comment pourrions nous faire dans la vrai vie...



Je te voie toujours floue,

Et je sent ta présence,

Autour de nous...

Et je maudit ton silence !

Ecrit par Fran72
Tous droits réservés ©