Le plongeur



Le plongeur





Il regardait le lit, draps défaits et ouverts.

Les yeux clos il voyait le corps nu étendu

Parcouru de frissons, cette longue rivière

Où il avait nagé en ondes inconnues

Et les flancs caressés des ondoiements d'eau claire.



Poisson au ventre doux elle rampait sous ses mains

Lui dérobait l’accès de son antre aquatique

Dans les ombres moussues du jardin sous-marin.

Tendre mais impatient devant l'entrée mythique

Tapissée d’un lichen aux reflets de satin



La rivière est si douce au goût de coquillages

Et dans la grotte glisse un courant tiède et chaud...

Le désir y gonflait en des remous sauvages

Saisissaient le nageur cerné de leurs anneaux

Le plaisir l’aspirait en tourbillon d'images.



Alors le sang grondait aux tempes bourdonnantes

Accroché aux parois de la suave caverne

Si près de l'abandon en souffrance haletante

Naufrager dans le bleu du plaisir qui le cerne

Et puis se voir mourir près de son eau dormante.





*





Anita



Ecrit par Anita
Tous droits réservés ©