Promenade aux jardins des souvenirs

Au plus profond de moi est une nécropole

Où je vais m’incliner humblement tous les jours,

J’apporte à mes aïeux une gerbe d’amour,

Dans cet enclos secret, loin de tout protocole.



Saluant mes gisants couchés sous l’herbe folle,

Je remonte au passé en un compte à rebours,

Refaisant sans jamais me lasser le parcours

Qui me menait jadis à ma petite école.



Ecole de la vie, je te dois qui je suis,

Jardin où mes parents depuis si longtemps dorment.

Le mas des temps bénis a disparu depuis,



Ne restent que lambeaux de nos beaux jours enfuis.

Je dresse mon bouquet à l’ombre du vieil orme,

Puis ferme les vantaux qui pleurent dans la nuit,





… comme les grilles des jardins d’Aranjuez…









Ecrit par Oxalys
Tous droits réservés ©