Cadre idyllique

La petite maison dans la prairie enchante

Les arbres, ses voisins, aux corallines fleurs,

Rehaussant bleus et verts, délicates couleurs,

L’une, l’autre, pour l’œil, à l’unisson, qui chante.



L’atmosphère de rêve, on ne peut plus touchante,

Est comme entre les mains de maîtres modeleurs,

Dans les branches cachés combien d’oiseaux siffleurs,

Pour son mâle trillant la femelle aguichante !



Quelle douceur de vivre émane du logis !

Pourrait y habiter un paisible margis,

Désireux de passer une heureuse retraite.



De quoi rendre jaloux le malheureux quidam

Qui loue une H.L.M., une pauvre chambrette,

Abruti par les bruits, les cris, à son grand dam.





Le 19 avril 2015.





Ecrit par Stapula
Tous droits réservés ©