Assez !



Assez, assez de sang aux murs de l’innocence !

Dans un ciel d’ipomée le fracas des obus

Ces armées commandées par des hommes obtus

Les rêves piétinés aux sentiers de l’enfance



Assez, assez de pleurs aux nuits des fiancées

Dont l’avenir se meurt en larmes purulentes

L’aube jadis nacrée a des couleurs sanglantes

Où sont les jours de liesse aux tambours cadencés ?



Il n’y a que du fiel dans les bouches amères

Et les yeux sont éteints

Le corps déchiqueté, la colombe est exangue

Et son âme se plaint

Où sont les jours de miel et ces plages de rêve

Où scintillait la mer ?



Ecrit par Marcek
Tous droits réservés ©