Le naufrage des 7 péchés

Dans le tumulte des flots profonds

Se fracasse et gémit le galion

Accrochés comme des moules au rocher

S’agrippent désespérément les 7 péchés



- Ah toi, la paresse, il te faut cette fois tenir !

- Tu vois la luxure qu’il y a toujours pire

- Pauvre gourmandise qui toujours subit

N’ayant su à jamais combattre l’envie



Vers le ciel se hissent les trois destructrices

Celles qui la vie nous pourrissent

L’orgueil, la colère et l’avarice…



Verra-t-on enfin de la main le miroir glisser

Le couteau déchirant les veines se rouiller

Et les ongles acérés laisser les pièces filer ?

Un tel naufrage peut il avoir raison

De ce monde et cette déraison.



Ecrit par Aguirre
Tous droits réservés ©