Tourmente

Le ciel de mon amour, lentement se dilue,

Passent les bêtes noires, convention de vertu;

Appels de conscience dans l'assaut des remords,

Amours, mes amours, ils tissent votre mort.

Toute la foi, accordée un un seul "je t'aime"

S'effrite désormais dans l'ombre de lui même.

On parle de sagesse, on reparle d'amitié,

L'on fait confiance au temps qui doit tout effaçer;

A défaut de cela, nous laissera t-il au coeur,

Qu'un souvenir banal, sans joie, mais sans douleur.

Tu vas croire en cela, et ce, de tout ton être,

T'y accrocher d'esprit, inconsciemment peut- être;

Mais y arriveras-tu?...J'attends le dénouement,

Au banc d'accusation, l'amour en jugement.

Avocat de moi-même, sentence prononcée,

Que me restera-il de t'avoir tant aimé.

Réveil désenchanteur, d'une drogue que l'on a bue,...

Le ciel de mon amour, lentement se dilue.

Ecrit par Rerji
Tous droits réservés ©